Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un médecin réputé de la haute bourgeoisie new-yorkaise

Un médecin réputé de la haute bourgeoisie new-yorkaise

Catherine Sloper, fille unique d'un médecin réputé de la haute bourgeoisie new-yorkaise du milieu du XIXe siècle, est une riche héritière. Pour son malheur, elle tombe amoureuse du séduisant Morris Townsend, un jeune homme peu scrupuleux qui n'est attiré que par sa fortune. Le père de Catherine, le docteur Sloper, voit clair dans le jeu de l'imposteur : il le mettra en fuite en menaçant de déshériter sa fille.

Pas d'action échevelée dans Washington Square, le roman repose avant tout sur l'analyse psychologique. L'intrigue est réduite au minimum et se concentre autour de quatre personnages : Catherine, son père, sa tante et son prétendant. Le style est acéré, les dialogues percutants.

Dénuée de beauté et d'intelligence, timide et effacée, Catherine est l'anti-héroïne par excellence. Elle possède cependant un coeur tendre que son entourage va s'ingénier à piétiner, à commencer par Morris Townsend, le coureur de dot qui se joue sans vergogne des sentiments de la jeune fille en feignant d'être amoureux d'elle. Il est encouragé par la tante de Catherine, Mrs Penniman, vieille femme avide de sensations fortes qui se fait complice de l'intriguant pour satisfaire ses instincts romanesques. Mais les pires blessures viennent sans doute du propre père de Catherine, le docteur Sloper. Celui-ci aime sa fille tout en la méprisant, et cette ambivalence de sentiments le conduit à observer la situation d'un oeil froid et sarcastique, souvent cruel. Il s'amuse d'abord du comportement de Catherine, puis tente de la détacher de son soupirant, en pure perte. Il menace alors de déshériter la jeune fille, ce qui décide aussitôt Townsend à rompre les fiançailles. Intransigeant et convaincu de son bon droit, le docteur n'éprouve aucun remord devant le chagrin de sa fille, persuadé qu'il est d'avoir agi pour son bien.

Catherine est donc blessée par les personnes qu'elle aime le plus. Pour Townsend, elle s'oppose à son père qu'elle vénère. Elle sort brisée de ce combat dont elle ne se remettra jamais : non seulement son fiancé la quitte, mais elle comprend que son père ne l'aime pas vraiment. La jeune fille falote du début du roman fait toutefois preuve d'une grande dignité dans le drame qui la frappe, dignité sublimée dans le dernier chapitre, déchirant.

D'une cruauté raffinée, Washington Square est un roman qui serre le coeur.